Villes au Carré

Retour sur l’assemblée générale 2012 de Villes au Carré

15 mars 2012

Villes au Carré a tenu son assemblée générale annuelle le 15 mars 2012 au Centre de vie du Sanitas, à Tours, devant une cinquantaine de participants. Michel Lussault, géographe et professeur à l’ENS Lyon, a ouvert cette AG avec une conférence-débat sur « Comment repenser la ville pour qu’elle soit durable et moins vulnérable ? ».

PDF -
Rapport d’activité 2011 (pdf)

> Télécharger l’Essentiel de l’AG 2012 (pdf)

Conférence d’introduction

Au cours de son intervention, Michel Lussault a expliqué qu’il travaille actuellement sur les vulnérabilités urbaines. Il a indiqué qu’au fur et à mesure que l’urbanisation s’accroît, les organisations urbaines deviennent de plus en plus fragiles, et sensibles aux incidents (environnementaux, économiques, d’infrastructures, sociaux…).

Il préconise de s’interroger sur les conditions d’une ville « robuste » à travers quatre entrées :

  • l’implication sociale des individus, dans une époque où les habitants sont davantage “co-sociétaires” que “concitoyens”. Il est donc nécessaire de trouver des systèmes de représentation complémentaires à ceux d’aujourd’hui.
  • l’impartialité de la puissance publique : c’est une condition de l’implication sociale des individus ;
  • la sobriété des organisations urbaines qui est nécessaire avec la fin programmée des ressources ;
  • la justice spatiale afin que ceux qui ont le moins accèdent aux ressources et aux biens sans effets territorialement discriminants.

L’assemblée générale

Suite à cette conférence, l’assemblée générale a débuté par le rapport moral du président Jean-Patrick Gille, député d’Indre-et-Loire, qui a salué le travail accompli par l’équipe très mobilisée. Il a ensuite remercié tous les acteurs qui soutiennent le centre de ressources en participant aux activités, par leur financement ou leur adhésion.

L’année 2011 a été une année de fort développement pour Villes au Carré qui a organisé 50 actions, dont 34 demi-journées (23 en 2010 dont 6 demi-journées), et accueilli près de 1300 participants (955 en 2010).

Dans son rapport moral (pdf), Jean-Patrick Gille a tenu a rappelé la double vocation de Villes au Carré qui compte parmi ses adhérents, des villes ayant des quartiers labélisés politique de la ville et des villes petites ou moyennes en région Centre qui se retrouvent en réseau. En 2011, Villes au Carré s’est notamment mobilisé pour les acteurs des villes petites et moyennes dans le cadre de la préparation du SRADDT avec le président du Conseil régional du Centre François Bonneau, et avec l’organisation d’une table ronde sur la politique de la ville dans les villes petites et moyennes avec Maurice Leroy, Ministre de la Ville, président du conseil général du Loir-et-Cher.

L’assemblée générale ordinaire a approuvé le rapport d’activité 2011 et les comptes 2011.

Le projet 2012 et le budget prévisionnel ont été présentés pour annoncer les axes de travail et les prochains rendez-vous.


En complément

JPEG - 3.1 ko

Atlas des villes durables - Ecologie, urbanisme, société : l’Europe est-elle un modèle ?
Editions Autrement ; 2011. Auteur : Yvette Veyret. En collaboration avec Renaud Le Goix, Michel Lussault (Postfacier), Aurélie Boissière
Cités-jardins au XIXe siècle, villes nouvelles au XXe : les villes européennes sont depuis longtemps l’objet d’expérimentations.
Aujourd’hui, elles se veulent « vertes ». Berlin aménage le Tiergarten, Lyon plante des arbres, Paris s’équipe de tramways. On met en place l’évacuation souterraine des déchets à Barcelone, les cheminements piétonniers à Genève, la sécurisation de l’approvisionnement en eau à Stockholm... Ces villes sont-elles pour autant « durables » ? Signataires de la charte d’Aalborg (Danemark) de 1994, plus de 2 000 villes s’engagent à respecter de nouvelles normes en matière d’aménagements environnementaux, mais aussi d’équilibre économique et de justice sociale et spatiale.
Les inégalités persistent cependant, et parfois s’amplifient. En Ile-de-France, par exemple, les classes moyennes se trouvent rejetées vers la périphérie en raison des prix du foncier. De Madrid à Bruxelles, en passant par Naples, Lille ou Amsterdam, vingt-sept géographes proposent des études de cas, accompagnées de plus de 100 cartes originales, sur les réalisations en cours, les outils de planification disponibles, les acteurs concernés.
Pour ces spécialistes, la ville durable est en marche mais il n’existe pas de modèle. La durabilité ressemble à une utopie indispensable à à tous ceux qui visent le bien vivre en ville.

Des ressources pour agir dans les territoires