PDF - 959.5 ko

Projet et calendrier 2017 (PDF)

Politiques territoriales

Pauvretés dans les 81 quartiers de la politique de la ville de la région ALPC

4 mai 2016

L’Insee Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (ALPC) vient de publier une étude sur la situation des 81 quartiers prioritaires de la politique de la ville de la grande région : Pauvretés dans les 81 quartiers de la politique de la ville. Une étude qui sera présentée le 3 juin lors de la rencontre du réseau des acteurs de la politique de la ville ALPC co-organisée avec PQA.

Au-delà du phénomène de pauvreté monétaire, cette étude analyse les difficultés que rencontrent les habitants de ces quartiers (insertion sur le marché du travail, déficit de formation, faible niveau de mixité sociale, concentration des logements sociaux, monoparentalité...). Même si globalement les QPV connaissent des situations de pauvreté plus marquées que les autres quartiers des unités urbaines dont ils font partie, on observe des situations contrastées entre les unités urbaines concernées et entre les quartiers prioritaires, principalement du fait de leur localisation géographique.

Voici quelques éléments que l’on peut retenir de cette étude :

  • En Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, 200 000 habitants résident dans 81 quartiers de la politique de la ville localisés dans 26 unités urbaines.
  • La région ne concentre que 4 % de la population métropolitaine vivant dans un quartier de la politique de la ville, alors que la région représente 9 % de la population métropolitaine totale. Les QPV concernent 55 % des unités urbaines de plus de 10 000 habitants en ALPC, contre 62 % en France métropolitaine. Seuls 8 % de la population des unités urbaines (UU) concernées y résident, soit le taux le plus faible des régions de France métropolitaine.
  • En ALPC, les quartiers de la politique de la ville se caractérisent par leur petite taille. En France métropolitaine, un peu moins d’un QPV sur deux comptent moins de 5 000 habitants en 2010, alors qu’ils sont deux sur trois dans ce cas dans la région.
  • Les situations de pauvreté sont plus ou moins marquées selon les quartiers de la politique de la ville. Dans les unités urbaines de Saintes, Agen et Cognac, plus de la moitié des habitants des QPV vivent en situation de pauvreté. Ils sont moins de 40 % dans ce cas dans onze autres unités urbaines dont Bordeaux, Dax et Bayonne.
  • Dans son ensemble, l’ALPC est une région âgée, qui compte en proportion moins d’étrangers et moins de ménages de grande taille que la moyenne métropolitaine. Ces spécificités régionales se retrouvent dans les quartiers de la politique de la ville.
  • La différence entre les caractéristiques de la population des quartiers de la politique de la ville et du reste de l’unité urbaine peut être plus ou moins marquée. À Villeneuve-sur-Lot et Tonneins, ces différences sont minimes. Il s’agit d’unités urbaines globalement pauvres et la très faible part de logements sociaux dans ces QPV ne concentre pas les populations les plus en difficulté. Dans une moindre mesure, cette faible distinction se retrouve aussi à Bergerac et à Rochefort. Dans d’autres unités urbaines, les habitants des quartiers de la politique de la ville se démarquent plus fortement.
  • En ALPC, dix-sept unités urbaines comptent plusieurs quartiers de la politique de la ville. Dans certaines, ces quartiers sont plutôt semblables, comme à Mont-de-Marsan, Périgueux ou Brive-la-Gaillarde. Dans d’autres, les différents quartiers présentent de fortes disparités. Ainsi, à Agen, les quartiers de « Montanou » et « Pin » sont très dissemblables, tant en termes de taux de pauvreté que de caractéristiques socio-démographiques des habitants. Pour Bordeaux, le nombre important de QPV (21) peut favoriser une certaine hétérogénéité.
  • Alors que l’offre de logements sociaux dépasse légèrement la moyenne métropolitaine dans les QPV de la région, elle demeure bien inférieure dans les unités urbaines englobantes.
  • En région ALPC comme en France métropolitaine, la population des quartiers de la politique de la ville affiche des caractéristiques spécifiques. Elle est plus jeune : la part des habitants de moins de 15 ans dépasse de 6 points celle des unités urbaines englobantes. La part des étrangers y est supérieure de 11 points. Les familles sont plus souvent monoparentales (+ 8 points) et les ménages de grande taille un peu plus présents (+ 3 points).

> Consulter et télécharger l’étude de l’Insee ALPC


Cette étude sera présentée par l’équipe de l’Insee lors de la rencontre du Réseau des acteurs de la politique de la ville Aquitaine Limousin Poitou-Charentes co-organisé avec PQA le 3 juin à Angoulême.


À noter

Source : PQA

Des ressources pour agir dans les territoires